On sait enfin pourquoi les requins attaquent les surfeurs

C’est une étude inédite sur les requins qui a été publiée ce mercredi, dans la revue Interface de la Royal Society. Celle-ci permet d’avoir une explication quant aux attaques de surfeurs par les requins. Et c’est la mauvaise vision de ces derniers qui est en cause. « Du point de vue d’un requin blanc, ni le mouvement ni la forme ne permettent une distinction visuelle sans équivoque entre les pinnipèdes (mammifères marins, proies des requins) et les humains », expliquent les auteurs. Ainsi, leurs travaux « soutiennent la théorie de l’erreur d’identification pour expliquer certaines morsures ». Les requins sont insensibles à la couleur et peinent à distinguer les formes. En outre, les squales ont un pouvoir de résolution six fois plus faible que les humains. Pour mener à bien cette étude, les chercheurs ont analysé des « vidéos prises du point de vue d’un jeune requin blanc, et les ont traitées avec un programme de façon à mimer le système visuel du requin ». Les principales proies du requin, le lion de mer et l’otarie a fourrure, ont été filmées depuis le fond d’un bassin, en train de passer à la surface de l’eau, à quelques mètres au-dessus du prédateur. Ces enregistrements ont été comparés avec des vidéos de nageurs et de surfeurs pagayant avec leurs bras, et avec ou sans battements de jambes, sur trois grands types de planches de surf. Et du point de vue du requin, le nageur et le surfeur sur sa planche ressemblent à un pinnipède aux nageoires repliées.

Peur d’une attaque de requin ? Voici ce que les experts veulent que vous sachiez

Il semble y avoir une nouvelle histoire d’un attaque de requin chaque mois, une fréquence qui brosse un tableau de créatures menaçantes sous la mer à la recherche d’humains. Mais les experts disent que ce n’est tout simplement pas le cas : les attaques de requins sont en fait un problème minuscule dans le monde entier. Les dossiers internationaux d’attaque de requins du Florida Museum of Natural History ont fait l’objet d’une enquête 137 interactions requin-humain présumées en 2021. Parmi ceux-ci, seuls 73 dans le monde entier ont été considérés comme des morsures de requin non provoquées, dont la plupart se sont produites aux États-Unis, tandis que 39 des incidents ont été considérés comme provoqués, ce qui signifie que l’humain a délibérément interagi avec le requin d’une manière ou d’une autre.

Steven Spielberg a de "profonds regrets" face à la chasse aux requins causée par "Les dents de la mer"

Presque 50 ans après la sortie des Dents de la mer, son réalisateur Steven Spielberg assure "regretter profondément" la chasse aux requins qui s'est multipliée à la suite de la diffusion de son film, récompensé par trois Oscars en 1976. Invité dans l'émission Desert Island Discs, diffusée ce dimanche sur la BBC Radio 4, le cinéaste ajoute avoir peur que les requins lui en veuillent pour "la folie meurtrière des pêcheurs qui s'est produite après 1975". Sorti en 1975, Les Dents de la mer raconte l'histoire d'un grand requin blanc qui attaque une ville côtière américaine. Bien que salué par la critique, ce film a été pointé du doigt à plusieurs reprises pour la mauvaise image qu'il véhicule à propos des requins, ce qui pour certains aurait conduit à un essor de leur chasse, notamment aux États-Unis.

Galapagos : découverte d’une nouvelle nurserie de requins-marteaux, en danger d’extinction

Une troisième nurserie de requins-marteaux, espèce en danger critique d’extinction, a été découverte dans l’archipel des Galapagos, en Équateur « La découverte de ces nouvelles zones de reproduction est très importante, surtout pour le requin-marteau, car c’est une espèce emblématique des Galapagos mais qui est gravement menacée », a déclaré un technicien du Parc national des Galapagos (PNG), Eduardo Espinoza. Selon lui, la protection de cette espèce dans l’archipel « est un espoir pour le monde ». Après plusieurs voyages d’étude, les techniciens du PNG, dont M. Espinoza, ont répertorié la nouvelle nurserie du requin-marteau (Sphyrna lewini) sur Isabela, la plus grande île de l’archipel située à 1 000 km des côtes de l’Équateur.